Placement
Décryptage

Pourquoi fermer son livret A ?

par La rédaction - le 19/11/2015

Le placement préféré des Français a perdu tout son attrait en raison de sa faible rémunération et des besoins de consommation des Français. Mois après mois, les encours du livret A baissent.

 

Le niveau historiquement bas des taux d’intérêts en Europe a mis une estocade redoutable au Livret A. Il n’est plus intéressant d’y placer quelques milliers d’euros en cas de fin de mois difficile ou une dépense imprévue. Qui il y a encore quelques mois aurait pensé que le placement préféré des Français connaîtrait une telle décollecte : à fin septembre 2015, les dépôts ont fondu de 2,38 milliards d’euros.

Dans ce contexte, réfléchir, voire décider, de fermer son Livret A parait totalement légitime. D’autant que ce n’est pas dans les prochains mois que sa rémunération va remonter et retrouver un niveau de nouveau intéressant, motivant. Pourtant, cette décision doit être bien pesée. Le succès du Livret A n’a pas existé sans raison : une ouverture simple et rapide dans tous les établissements bancaires avec 15 euros en poche, un retrait des sommes placées possible à tout moment en veillant toutefois à laisser au moins 15 euros pour éviter une clôture automatique, des gains non imposés et, en théorie, un capital placé garanti. Aucun autre placement ne peut cumuler ces points forts.

 

Les handicaps du livret A
Pourtant, le Livret A n’est pas le placement idéal, loin de là, surtout si on souhaite placer son argent pour autre chose que financer un aléa. Ainsi, le capital versé ne peut pas dépasser 15 300 euros.  Quant aux intérêts, ils sont calculés à la quinzaine et versés une fois par an. Du coup, s’il est facile de retirer de l’argent du Livret et d’en déposer à tout moment, en réalité, il convient de faire attention à la date : les dépôts sont préférables le dernier jour du mois ou le 15 du mois, et les retraits le 1er du mois ou le 16 du mois. Ainsi, les intérêts ne sont pas perdus. Car tout versement génère des intérêts qu’à la quinzaine pleine qui suit le dépôt. Ce qui demande de bien choisir la date du dépôt ou du retrait. Enfin, la rémunération n’est pas garantie. Elle peut varier tous les trimestres en fonction des taux directeurs de la Banque centrale européenne et de l’évolution de l’inflation.

Clairement, les taux bas ne donnent plus un avantage crucial par rapport à d’autres placements de court terme, comme les livrets d’épargne soumis à l’impôt sur le revenu mais dont le taux est abondé sur une période de quelques semais selon les offres. Le compte de dépôt est même parfois préférable, au regard des quelques centimes d’euros gagnés si les sommes sont placées sur le Livret A. Sans compter qu’il existe d’autres supports plus rémunérateurs en acceptant plus de risques.

 

La rédaction

Voir tous ses articles

Placement

Investir dans les PME et alléger l’ISF

Pour les détenteurs de patrimoine supérieurs à 2,57 millions d’euros, il est encore temps d’alléger l’ISF en souscrivant au capital de PME de croissance. Les souscriptions réalisées avant le 7 juin à minuit seront immédiatement prises en compte pour l’ISF 2016.

Décryptage

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Fiducée Gestion Privée et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte