Retraite
Actus

Fonds euros : le clap de fin ?

par La rédaction - le 28/12/2015

En 2015, les rendements des fonds euros ont continué de baisser après deux années de relative stabilité. En 2016 et pour les années suivantes, ces rendements vont encore se réduire. Explications

 

Les fonds euros ne sont plus la martingale de l’épargne de long terme. Produit simple à comprendre, perçu comme sécurisé et avec des rendements pendant long temps jugés comme satisfaisants, ils sont victimes de la politique monétaire européenne consécutive à la crise financière qui a éclaté en juillet 2007. Les taux directeurs de la Banque centrale européenne sont durablement proche de zéro. Dans ces conditions, même les meilleurs spécialistes ne peuvent guère proposer un fonds euros performant et surtout rémunérateur. En 2015, au regard des premières publications des rendements annuels, les fonds euros perdent autour de 0,15 à 0,45 point. La situation est préoccupante. Les fonds euros pèsent pour près de 80% de l’encours total de l’assurance-vie. Et ils continuent d’enregistrer une collecte toujours importante : 22,4 milliards d’euros de collecte nette annuelle en moyenne depuis 2009.

 

Baisse des rendements 

Chaque année, les distributeurs d’assurance-vie proposent une rémunération minimale à leurs clients, de telle sorte que ces derniers sont assurés de disposer un taux minimum annuel garanti sur leur épargne, quelle que soit la conjoncture. Pour 2016, les perspectives ne sont pas rassurantes. Aucun assureur s’aventure, pour le moment, à s’engager sur un taux minimum garanti. Et pour cause, il pourrait être proche inférieur à 0,5 %, voire négatifs dans certains cas. Quant aux taux garantis sur les vieux contrats d’assurance… Il parait de plus en plus difficile de tenir les engagements promis sauf à mettre l’équilibre financier de l’assureur en danger. Pour lisser les performances, les assureurs ont pu puiser dans les réserves techniques, constituées au fil des années. Mais ce bas de laine s’épuise à mesure des années.
Si la période de bas taux d’intérêts se prolonge, les titres détenus sur les contrats d’assurance-vie arrivant à échéance, sont réinvestis sur des nouvelles obligations mais à rendement plus faible. Avec ce risque de réinvestissement, les marges des assureurs vie se réduisent, le rendement des nouveaux titres détenus baisse alors même que les taux garantis sur les contrats d’assurance-vie, surtout ceux des plus anciens, restent élevés. Or les taux d’intérêts vont rester durablement bas. Aujourd’hui, il parait raisonnable de réduire petit à petit la part des fonds euros dans l’assurance-vie, même si en France la situation semble moins préoccupante que dans d’autres pays européens. Et les assureurs ne manquent pas de le faire depuis plus de cinq ans : faire basculer les épargnants vers les unités de compte, qui offrent plus de diversités mais surtout de réactivité pour rebondir au gré des phénomènes conjoncturels. Mais l’aversion au risque reste tenace. Pourtant, rester investit dans un fonds euros devient en réalité de plus en plus risqué.

La rédaction

Voir tous ses articles

Assurance-Vie
Retraite

Bien connaître ses droits pour faire les bons choix

Chaque assuré bénéficie d’un dispositif obligatoire d’information de ses droits à la retraite. Ces documents permettent de piloter au plus juste son parcours professionnel afin d’optimiser ses droits à la retraite.

Décryptage

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Fiducée Gestion Privée et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte