Santé
Actus

Perte du triple A : une nouvelle sanction pour la France

par La rédaction - le 22/11/2012

Après Standard & Poor’s en janvier dernier, Moody’s retire à son tour à la France son triple A. Les raisons de la sanction.

 

Lundi 19 novembre, l’agence d’évaluation financière a abaissé d’un cran la note de la dette de long terme de la France, de AAA à Aa1. Le pays perd ainsi la note maximale, que seule une des trois grandes agences de notation, Fitch, lui attribue désormais. La dégradation de la note souveraine est assortie d’une perspective négative : la note pourrait donc encore baisser dans les mois à venir.

 

Pourquoi une nouvelle baisse de la note de la France ?

La menace planait depuis le 13 février : l’agence avait déjà évoqué les « incertitudes » européennes et la « détérioration continue de la dette publique française ». Elle avait averti qu’une dégradation interviendrait en cas d’ « échec du gouvernement dans sa tentative de stabiliser et inverser la trajectoire de la dette ».

Moody’s a publié une note, justifiant sa décision par des « perspectives économiques de long terme affectées de manière négative par de multiples défis structurels », dont « une perte de compétitivité graduelle mais continue » et « des rigidités des marchés du travail, des biens et des services ».

Trois axes forts peuvent être retenus : la perte de compétitivité de la France, des objectifs budgétaires intenables et l’exposition de la France à des chocs futurs de la zone euro.

 

Quelles conséquences redouter ?

La baisse de la note devrait provoquer une hausse des taux d’intérêt auxquels la France emprunte. Administrations, établissement bancaires et entreprises publiques (dont la signature de crédit est dépendante de la note de l’Etat) risquent d’être dégradées. Conséquence : un renchérissement du crédit pour les entreprises et, à terme, pour les consommateurs.

En janvier, la dégradation de Standard & Poor’s n’avait pas eu de conséquence sur le taux. Avec la baisse de Moody’s, deux des trois agences de rang international prennent acte de la dégradation. Reste donc à observer comment le marché va accueillir la nouvelle : les bourses ne réagissent pour le moment pas si mal.

 

 

Que penser de ce retrait ?

La décision n’est pas si alarmiste. Moody’s précise en effet que « la France reste extrêmement bien notée, à Aa1, en raison des forces significatives soutenant sa solvabilité parmi lesquelles une économie grande et diversifiée (…), un fort engagement en faveur des réformes structurelles et de la consolidation budgétaire, comme illustré par les récentes annonces gouvernementales qui pourraient, sur le moyen terme, améliorer certaines rigidités structurelles et la dynamique de la dette française”.

La France n’est pas la seule dans le collimateur des agences de notation. D’autres pays, comme les Pays-Bas et l’Autriche, présentent des triple A extrêmement fragilisés. Les jugements ne devraient pas tarder à tomber.

 

Pour faire face à l’impact indirect sur les fonds en euros, pensez à diversifier vos placements et à tester des produits comme la LMNP et la SCPI.

La rédaction

Voir tous ses articles

Santé

Mutuelle d’entreprise : opter pour un contrat responsable

Depuis le 1er janvier 2016, l’employeur doit mettre en place une couverture complémentaire santé collective. Les entreprises sont incitées à opter pour des contrats responsables. Un choix qui n’est pas neutre pour les assurés.

Décryptage

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Fiducée Gestion Privée et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte