Santé
Décryptage

Comment limiter les frais bancaires à l’étranger ?

par La rédaction - le 04/09/2015

Vacances, déplacement professionnel… Si vous partez à l’étranger, vous ne manquerez pas d’utiliser votre carte bancaire ou de payer en espèces. Attention à la facture à votre retour !

 

Qu’il se déroule dans un pays de la zone euro ou ailleurs que sur le territoire français, le séjour à l’étranger peut réserver plus d’une mauvaise surprise. D’abord, votre banque n’est pas forcément le meilleur prestataire pour vous fournir des devises. Mieux vaut faire le tour des bureaux de change avec en tête les cours du jour afin de repérer qui vous propose le meilleur tarif, sans oublier d’aller voir sur Internet les sites les plus fiables et reconnus pour délivrer des devises près de chez vous. Selon le montant à convertir, cette prise de temps vous permettra d’avoir un meilleur budget sur place.

Ensuite, avant de partir, comme vous y invite la Fédération bancaire française, “assurez-vous auprès de votre banque que le pays de destination accepte largement les cartes, et vérifiez que votre carte est d’un modèle international. Si vous êtes dans un pays de la zone euro, le paiement par carte ne vous coûtera pas plus cher que s’il était effectué en France. Et le retrait dans les distributeurs de billet d’une banque vous coûtera le même prix qu’un retrait en France.” En revanche, au-delà de la zone euro, vous devez tenir compte de commissions fixes et/ou variables pour les paiements ou les retraits par carte bancaire.

 

Pour éviter des frais trop élevés, il est recommandé de retirer une fois pendant un séjour de une à deux semaines. Autrement dit, d’éviter de retirer trop souvent de petites sommes. Et il peut arriver que le paiement en espèces soit moins onéreux que celui avec la carte bancaire. Prenez le temps de consulter la grille des tarifs de votre banque qui vous indique clairement l’ensemble des frais bancaires appliqués quand la carte bancaire est utilisée.

Pour plus de sécurité, et dans les pays où la carte est peu utilisée, il est possible d’utiliser des chèques de voyage. Ils sont remboursés en cas de vol ou de perte. C’est d’ailleurs ce qui explique un coût élevé, qi varie d’un fournisseur à un autre. En faisant jouer la concurrence, vous pouvez obtenir un meilleur tarif. Il faut pour cela ne pas être dans l’urgence. Dernière précaution, de bon sens mais parfois le tourbillon du quotidien la fait oublier, il mieux vaut quitter le territoire avec un compte en bancaire en position créditrice et avec une bonne marge de manoeuvre pour faire face aux dépenses lors du séjour à l’étranger et aux prélèvements habituels présentés pendant votre absence (prélèvements, chèques…). Ce qui évitera des agios inconsidérés et d’avoir des moyens de paiement bloqués.

La rédaction

Voir tous ses articles

Santé

Mutuelle d’entreprise : opter pour un contrat responsable

Depuis le 1er janvier 2016, l’employeur doit mettre en place une couverture complémentaire santé collective. Les entreprises sont incitées à opter pour des contrats responsables. Un choix qui n’est pas neutre pour les assurés.

Décryptage

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Fiducée Gestion Privée et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte